Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Alehsam

Le blog de Alehsam

Ce blog a pour but de vous présenter le projet de construction de hôpital Ste Anne pour les pauvres à Mananjary à Madagascar et les actions menées par l’association ALEHSAM pour aider à la construction et le financement de cet hôpital.


Station d'épuration

Publié par Alehsam sur 4 Août 2015, 10:45am

Catégories : #Nouvelles des travaux

Chers amis,

Le chantier HSA se poursuit inlassablement ! J'aime souvent dire que ce sont plusieurs chantiers sur un même site. De fait ! Si on ne reste que sur l'un ou l'autre aspect d'un vaste ensemble, on pourrait avoir l'impression que ça avance "bien doucement".  Dès le départ, nous traitons conjointement tous les modules de ce vaste ensemble pour qu'il y ait une réelle cohérence dans le fonctionnement futur de l'hôpital.

Pourtant, en ce début du mois d'août 2015, je crois pouvoir dire et ce, malgré les quelques soucis dus aux contingences climatiques du début d'année (3 mois de très fortes pluies), l'ensemble du chantier progresse nettement. Nous verrons tout cela dans les divers et prochains reportages.

 

Une des chantiers en cours est celui de la station d'épuration. Il me semble en avoir déjà parlé. Les stations d'épuration, dans le pays, n'existent pas ou si peu encore (fosses septiques oui et de plus en plus pour les maisons particulières "en dur" en ville ou les structures collectives mais tout cela est nettement insuffisant pour l'ensemble de toute une communauté humaine). Et puis, il y a la question des eaux usées, rejetées là où ça passe, plus ou moins absorbées avec les conséquences que l'on connaît pour les nappes phréatiques

Notre projet à tous qui s'inscrit dans une dynamique d'environnement durable ne pouvait pas en faire l'impasse, surtout pour un hôpital.

C'est donc avec nos amis de l'ADRAR d'Anzex dans le Lot et Garonne qui nous ont déjà soutenu pour le forage et le pompage de l'eau que nous travaillons depuis plus d'une année à la construction d'une station d'épuration biologique qui représente, elle aussi, un certain coût non négligeable par rapport à l'ensemble.

Il y avait 2 possibilités : celle d'une station classique comme on peut les voir dans nos villages de France avec les fameuses cuves en béton et celle, de plus en plus fréquente, biologique. Après étude, nous avons retenu cette dernière qui malgré les fortes précipitations dans les pays tropicaux est la plus adéquate dans notre cas.

Les plans de la station sont prêts et devraient arriver dans les prochaines semaines. Nos amis de l''ADRAR, si je ne me trompe, seront là avec nous vers la fin du mois d'octobre.

En attendant, il y a eu tout un travail de préparation...

 

Jean-Yves LHOMME le 2 août 2015

Un premier reportage publié le 11 juillet 2014 avait montré le travail de répérage des niveaux pour identifier l'endroit qui accueillerait la station d'épuration.

Avec un laser nous calculons la hauteur de la terre de remblai qu'il nous faudra mettre pour combler une rizière qui accueillera 3 fosses de la station d'épuration.Avec un laser nous calculons la hauteur de la terre de remblai qu'il nous faudra mettre pour combler une rizière qui accueillera 3 fosses de la station d'épuration.
Avec un laser nous calculons la hauteur de la terre de remblai qu'il nous faudra mettre pour combler une rizière qui accueillera 3 fosses de la station d'épuration.Avec un laser nous calculons la hauteur de la terre de remblai qu'il nous faudra mettre pour combler une rizière qui accueillera 3 fosses de la station d'épuration.

Avec un laser nous calculons la hauteur de la terre de remblai qu'il nous faudra mettre pour combler une rizière qui accueillera 3 fosses de la station d'épuration.

Tout ce travail pour arriver à la parcelle de rizière qui sera comblée pour accueillir la partie basse de la station d'épuration.

Tout ce travail pour arriver à la parcelle de rizière qui sera comblée pour accueillir la partie basse de la station d'épuration.

Pour combler la rizière, nous avons utilisé les 900 m3 de terre qu'il restait à déblayer sur le lieu où sera le plateau technique (bloc opératoire). Il aura fallu 300 voyages en camion (450 mètres x 2).Pour combler la rizière, nous avons utilisé les 900 m3 de terre qu'il restait à déblayer sur le lieu où sera le plateau technique (bloc opératoire). Il aura fallu 300 voyages en camion (450 mètres x 2).

Pour combler la rizière, nous avons utilisé les 900 m3 de terre qu'il restait à déblayer sur le lieu où sera le plateau technique (bloc opératoire). Il aura fallu 300 voyages en camion (450 mètres x 2).

La rizière est comblée et hors d'eau. Il y aura par la suite un petit muret  de sécurité en cas d'inondation hors du commun.

La rizière est comblée et hors d'eau. Il y aura par la suite un petit muret de sécurité en cas d'inondation hors du commun.

La terrasse supérieure a été bordée par 2 murs. L'espace a été comblé avec 1200 m3 de terre soit 400 voyages avec un camion de 3 m3  provenant de la colline que nous arasons actuellement et où se trouvera la maison des religieuses soignantes (360 mètres X 2).La terrasse supérieure a été bordée par 2 murs. L'espace a été comblé avec 1200 m3 de terre soit 400 voyages avec un camion de 3 m3  provenant de la colline que nous arasons actuellement et où se trouvera la maison des religieuses soignantes (360 mètres X 2).

La terrasse supérieure a été bordée par 2 murs. L'espace a été comblé avec 1200 m3 de terre soit 400 voyages avec un camion de 3 m3 provenant de la colline que nous arasons actuellement et où se trouvera la maison des religieuses soignantes (360 mètres X 2).

Il y a maintenant quelques mois que le remblai est terminé. La damage naturel se fait plutôt bien grâce à l'abondance des pluies cette année et les propriétés de la latérite qui se compacte facilement. L'étape suivante sera donc les travaux de la station.

Il y a maintenant quelques mois que le remblai est terminé. La damage naturel se fait plutôt bien grâce à l'abondance des pluies cette année et les propriétés de la latérite qui se compacte facilement. L'étape suivante sera donc les travaux de la station.

Nous confectionnons sur place les buses pour faire un canal d'évacuation des eaux de pluies venant de la colline de l'hôpital (sur la gauche de la photo). Un travail pour septembre-octobre au moment de la saison sèche (en principe).

Nous confectionnons sur place les buses pour faire un canal d'évacuation des eaux de pluies venant de la colline de l'hôpital (sur la gauche de la photo). Un travail pour septembre-octobre au moment de la saison sèche (en principe).

Sur l'histoire en photos du forage, je vous disais en son temps, qu'il y avait 3 nappes phréatiques. La première est à quelques dizaines de cm sous le sol. Lors de fortes pluies, il y a pendant des jours des résurgences  au débit non négligeable. Nous attendons d'avoir les plans définitifs de la station pour faire un canal avec des buses ouvertes et envoyer cette eau des résurgences occasionnelles dans le premier canal.Sur l'histoire en photos du forage, je vous disais en son temps, qu'il y avait 3 nappes phréatiques. La première est à quelques dizaines de cm sous le sol. Lors de fortes pluies, il y a pendant des jours des résurgences  au débit non négligeable. Nous attendons d'avoir les plans définitifs de la station pour faire un canal avec des buses ouvertes et envoyer cette eau des résurgences occasionnelles dans le premier canal.

Sur l'histoire en photos du forage, je vous disais en son temps, qu'il y avait 3 nappes phréatiques. La première est à quelques dizaines de cm sous le sol. Lors de fortes pluies, il y a pendant des jours des résurgences au débit non négligeable. Nous attendons d'avoir les plans définitifs de la station pour faire un canal avec des buses ouvertes et envoyer cette eau des résurgences occasionnelles dans le premier canal.

En attendant de poursuivre les travaux de la station d'épuration, nous travaillons sur le réseau des eaux usées au niveau des 4 premiers pavillons de la première plate forme. Cela permettra de faire ensuite les dalles avant l'arrivée de nos amis de l'AREHSAM de La Réunion (3 carreleurs et 1 plombier) qui seront là une dizaine de jours fin septembre début octobre pour ces 4 pavillons.

En attendant de poursuivre les travaux de la station d'épuration, nous travaillons sur le réseau des eaux usées au niveau des 4 premiers pavillons de la première plate forme. Cela permettra de faire ensuite les dalles avant l'arrivée de nos amis de l'AREHSAM de La Réunion (3 carreleurs et 1 plombier) qui seront là une dizaine de jours fin septembre début octobre pour ces 4 pavillons.

Les canaux sont creusés. Il avait été prévu une pente de 2 cm par mètre. Jean-Noël, notre chef maçon, pour plus de sûreté a prévu 2,5 cm. La latérite est dure. Néanmoins, Jean-Noël prévoit un béton sur le fond où reposeront les tuyaux pour être sûr qu'il n'y aura pas un jour un défaut de pente pour une raison ou une autre. Sage précaution !Les canaux sont creusés. Il avait été prévu une pente de 2 cm par mètre. Jean-Noël, notre chef maçon, pour plus de sûreté a prévu 2,5 cm. La latérite est dure. Néanmoins, Jean-Noël prévoit un béton sur le fond où reposeront les tuyaux pour être sûr qu'il n'y aura pas un jour un défaut de pente pour une raison ou une autre. Sage précaution !

Les canaux sont creusés. Il avait été prévu une pente de 2 cm par mètre. Jean-Noël, notre chef maçon, pour plus de sûreté a prévu 2,5 cm. La latérite est dure. Néanmoins, Jean-Noël prévoit un béton sur le fond où reposeront les tuyaux pour être sûr qu'il n'y aura pas un jour un défaut de pente pour une raison ou une autre. Sage précaution !

Beaucoup de regards ont été prévus par nos amis architectes, Evelyne et Jacques Péré. Encore une autre et sage précaution lorsqu'on sait que très souvent dans le pays les sanitaires sont bouchés par des choses surprenantes en guise de papier toilette. Il y aura bien sûr des avis mais tout le monde ne sait pas lire, loin s'en faut. Une éducation à l’hygiène sera nécessaire mais on ne sera pas toujours là au bon moment et puis c'est tellement difficile de faire quelque chose qui est à des années lumière de son quotidien ou de ses habitudes. Alors prévoyons ! Et puis, je suis sûr que dans le temps et progressivement les choses se feront. On fonctionne beaucoup ici sur le mode du mimétisme.

Beaucoup de regards ont été prévus par nos amis architectes, Evelyne et Jacques Péré. Encore une autre et sage précaution lorsqu'on sait que très souvent dans le pays les sanitaires sont bouchés par des choses surprenantes en guise de papier toilette. Il y aura bien sûr des avis mais tout le monde ne sait pas lire, loin s'en faut. Une éducation à l’hygiène sera nécessaire mais on ne sera pas toujours là au bon moment et puis c'est tellement difficile de faire quelque chose qui est à des années lumière de son quotidien ou de ses habitudes. Alors prévoyons ! Et puis, je suis sûr que dans le temps et progressivement les choses se feront. On fonctionne beaucoup ici sur le mode du mimétisme.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sophie 25/09/2015 10:38

Ce beau projet prend clairement vie, hâte de voir le résultat final de tous ces travaux !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents